Les Maisons des jeunes et de la culture, appellation généralement abrégée en MJC

Associations d’Education Populaire, laïques et indépendantes, les MJC contribuent, en cogestion et en partenariat, à la formation des citoyens, au développement de leurs aptitudes individuelles et à leur épanouissement en tant que membres actifs et responsables d’une communauté vivante (art.2 des statuts types des MJC).

Le principe de cogestion et de partenariat impose qu’autour d’une même table, dans ses instances délibératives, se côtoient représentants de l’Etat, de collectivité locale et d’organismes comme la CAF. Leur indépendance tient au fait que c’est le nombre de représentants élus par l’assemblée générale qui reste majoritaire. Le collège des représentants issus des activités est toujours supérieur à celui des membres de droit et associés additionnés.

Elles sont ouvertes à tous, avec une priorité affirmée dès leur création, en direction des jeunes, avec l’objectif de « permettre qu’il ne s’endorment pas trop tôt ». C’est ce que déclarait André Philip, père fondateur de la « République des Jeunes » dont les MJC sont issues.

A partir d’une expérience de plus de 60 ans de formation d’élus associatifs et de citoyens, les MJC contribuent à la vie associative et participent d’une véritable démocratie locale. Leur projet d’éducation à la citoyenneté reste très actuel et se mène le plus souvent grâce à des partenariats et des soutiens forts de la part des collectivités locales comme la Ville d’Epinal dans le cas particulier des MJC de localité.

La MJC Georges Savouret

Avec le soutien et l’aide active de la FFMJC des statuts sont rédigés et déposés à la Préfecture des Vosges le 4 février 1953. Le siège social de l’association se situe à l’époque 2 rue de Nancy à Epinal et sa création fait l’objet d’une publication au Journal Officiel le 2 juillet 1953.

Depuis le début 2009, les 2 MJC de la ville, à savoir la MJC Savouret et le Centre Léo Lagrange et la Ville d’Epinal sont signataires d’une nouvelle convention d’objectifs. Cette convention fixe les moyens dont les deux associations bénéficient, moyens en subventions, locaux et personnels et reprécise dans son préambule les règles de partenariat et de bonne entente entre la Commune et les MJC.

Dans cette convention, nous pouvons lire que « l’Education Populaire Permanente constitue une obligation de bien commun, permettant à toutes les époques de la vie d’un citoyen d’acquérir des connaissances, d’améliorer ses aptitudes intellectuelles et manuelles, dans le but de concourir tant à son épanouissement qu’au progrès culturel, économique ou social de la Cité. Cet objectif d’Education Permanente était déjà défendu par Condorcet à qui certains attribuent l’origine de l’Education Populaire.

Une association loi 1901 à but non lucratif

« L’association a pour buts la création, la gestion et l’animation de la Maison des Jeunes et de la Culture d’Epinal Georges Savouret. La Maison des Jeunes et de la Culture, qui constitue un élément essentiel de la vie sociale et culturelle du territoire de vie : un pays, agglomération, ville, communauté de communes, commune, village, quartier…, offre à la population, aux jeunes comme aux adultes, la possibilité de prendre conscience de leurs aptitudes, de développer leur personnalité et de se préparer à devenir des citoyens actifs et responsables d’une communauté vivante. » Article 2 des statuts.

« A cette effet, elle peut mettre à la disposition de la population, dans le cadre d’installations diverses, avec ou non le concours de Directeurs MJC et d’Animateurs, des activités socio-éducatives et culturelles variées : pratiques, intellectuelles, artistiques, sportives, civiques, sociales,… » Article 3 des statuts.

« La Maison des Jeunes et de la Culture est laïque, indépendante quoique respectueuse des convictions personnelles. Elle s’interdit toute attache avec un parti ou une confession. » Article 5 des statuts.

Le projet associatif

Les trois objectifs qui commandent à notre activité :

  • Reconstituer le lien social et de solidarité par la convivialité, la rencontre de l’autre, et le dialogue qu’elles instaurent. La MJC est un lieu d’accueil et de socialisation qui s’attache à combattre la solitude, les pertes de points de repère, les effets de rupture et d’exclusion.

  • Participer à la qualification personnelle, sociale, culturelle et même professionnelle. La qualification qu’offrent les MJC correspond à l’ensemble des savoirs et des compétences qui l’on met en jeu en temps qu’individu social, c’est-à-dire la capacité à s’exprimer, à comprendre l’environnement dans lequel on se trouve. De ce point de vue, les MJC sont des lieux où l’on apprend.

  • Offrir la possibilité d’analyser, de débattre, de comprendre, de délibérer et de décider. Ouvertes à tous les MJC sont des « bancs d’essai du citoyen ».

Retour haut de page